RSS Feed

Et maintenant, on fait quoi ?

18 mars 2014 by Yann Lefebvre

C’est fait.

Le projet LDD et LdCF1904, au nom de code à rallonge, est terminé.

On pourrait dire, quelques livres de plus destinés à meubler agréablement les bibliothèques de jeux de rôles de chacun. Quelques publications de plus à créditer aux Ecuries, poursuivant la longue postérité des ouvrages de Crimes.

Sauf que le secret est de Polichinelle : le livret de découverte est effectivement le point de départ pour une seconde édition du jeu ; ce n’est guère un succédané du premier livre de base compilé en 80 pages seulement, mais un avant-goût, une mise en bouche de ce qui devrait être un aboutissement de ce que Crimes a pu être ces sept dernières années.

 1743673_10151916295021160_479727846_n

 Sauf que… là, je vous parle toujours d’un point de vue éditorial. Dans ces quelques visuels, on apprend qu’on s’amuse beaucoup à LUDESCO, que la convention de La Chaux de Fonds ressemble à toutes les conventions avec des stands, des éditeurs, des meneurs et des joueurs, qu’il y a même des bières qui font du bien au gosier.

1011266_10151916294896160_1611230442_n1891232_744282688945454_1955095710_n 1979476_744284052278651_220013893_n 10007417_605608922865410_1303144828_n

 

S’arrêter là serait déjà bien, nombre de lecteurs serait déjà rassuré de la santé des Ecuries et de sa capacité (enfin !) à sortir des livres en temps et en heure, qui plus est en irriguant le marché suisse du jeu de rôles et établissant un partenariat assez inédit avec les créateurs locaux de Swiss Made JDR.

Mais nous sommes allés plus loin. Des indices, tels ceux qu’on trouve sur des scènes de crime, en témoignent.

La Chaux de Fonds 1904, ce fut bien plus que cela. Regardez les décors, ces tentures faites dans le plus pur esprit de l’art « sapin » typiquement chaux-de-fonniers à la Belle Epoque. Confectionnés pour l’occasion, comme la carte interactive que vous ne devriez plus tarder à découvrir, vous baladant dans la ville de La Chaux de Fonds en cette début du XXème siècle.

Une chose nous manque dans ce blog. Le son. Le son des discours qui ont été donnés sur l’âme de ce projet inédit, dans ma courte mémoire d’acteur du monde du JDR. La musique Belle Epoque du groupe des Délices de Suzy résonnant à l’unisson dans les caves voûtées du café du Petit Paris (ça ne s’invente pas…).

C’était le vernissage de la sortie des deux ouvrages. Personnellement, je n’avais jamais mangé et bu en compagnie d’une cinquantaine de personnes lors de la sortie d’un JDR. Je n’avais jamais eu l’occasion de coincer un maire avant qu’il ne se serve en blanc et en part de quiche, afin de discuter avec lui de cet happy few.

A LUDESCO, je n’avais jamais eu l’occasion de parler avec des habitants d’une ville qui venaient pour découvrir cet ouvrage qui ressuscitait leur patrimoine et les remplissait de fierté, tant ils étaient surpris que nous puissions avoir jeté notre dévolu sur ce territoire, plutôt que les valeurs commerciales sûres que seraient Paris ou Londres.

C’est fait.

Le projet LDD et LdCF1904  est terminé. Il vit sa vie comme un adolescent émancipé maintenant. Chez les lecteurs qui en ont fait l’acquisition, chez les meneurs qui le feront vivre à leur tour.

Mais qu’en fait-on maintenant ?

Est ce qu’on retourne à notre train train d’éditeur de JDR occupé à fabriquer des produits plus mainstream ? A ressasser de temps à autre cette chimère qui s’est produite sous nos yeux, parvenir à sortir le jeu de rôles de son « ghetto » culturel, tel un paria destiné à voler sous les radars de la Kultur ?

ça me ferait trop mal. Nous n’en avons pas terminé avec La Chaux de Fonds. Sous l’impulsion de Lionel (Jeannerat) , nous allons continuer à secouer l’inertie post-hivernale de l’ancienne cité horlogère. Secouer les choses pour perpétuer encore un temps cette osmose que nous avons ressentie entre un média, un territoire, ses autorités, et son patrimoine.

Avant peut-être de nous envoler vers d’autres défis du même type, sous d’autres cieux…


About Yann Lefebvre

Co-fondateur des Ecuries d'Augias, co-géniteur de Crimes dans sa forme actuelle. Eleveur de talents. Inséminateur de projets éditoriaux. Rustine quand il peut.


Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :